Aliyah et Ivrit

  • La méthode du globe-trotteur

     

    Capture chinois 1

     

     

     

     

     

     

     

    Calligraphie chinoise

    A l'ère de la mondialisation, où les frontières sont de plus en plus ouvertes, le chaos des Etats qui se forment et s'effondrent avec les vagues de migrations successives qui en résultent, donnent à penser que la nécessité de connaitre plusieurs langues deviendra bientôt primordiale.

    Dans le cadre de la Aliyah aussi, cette question devient cruciale car il est inenvisageable de pouvoir s'intégrer dans ce nouveau pays sans en maitriser la langue qui y est parlée. Même si l'on reste dans un cadre francophone, il devient vite évident que le rayon d'action restera limité et que la méconnaissance de l'Ivrit se fera durement ressentir..

    Mais comment apprendre une langue étrangère ? Par quoi commencer, par la lecture ou l'écriture, la grammaire ou le vocabulaire ?

    Nous sommes convaincus que l'acquisition des outils pratiques de prononciation et de vocabulaire passe avant la connaissance en profondeur des structures de la langue voire de son écriture et c'est selon ce concept que nous avons élaborés nos manuels  de la série Oulpan Pratique.

    Mais qui peut mieux parler de cette question que les globe-trotteurs, ces individus qui s'efforcent de découvrir sans cesse de nouveaux horizons. Ils sont alors contraints d'apprendre (rapidement) la langue des pays visités, je vous laisse lire : 

    Si je n’ai pas parlé du texte jusqu’ici, c’est bien volontairement. Le texte n’est qu’un moyen de coucher des sons sur le papier, gardez bien en tête qu’une langue est avant tout parlée. Apprendre à lire du texte et prononcer correctement ce que vous lisez sera évidemment un atout dans votre nouvelle langue. En revanche, autant que possible, dans votre nouvelle langue, essayez de débuter avec une approche 100% orale. Ceci vous permettra de développer de bonnes habitudes de prononciation dès le début et de vous décomplexer par rapport au fait de parler. Tout faire par le texte (comme à l’école) a tendance à rendre les gens timides à l’oral.  

    LIen : https://lesacados.com/apprendre-une-langue-etrangere-facilement

     

     

  • Aliyah : apprendre l'Hébreu avant de partir !

    Drapeau

    La Aliyah, littéralement "montée", signifie l'émigration définitive en Israël. C'est une démarche volontaire qui s'entreprend au niveau personnel, familial ou communautaire (Aliyah de groupe). Elle peut être motivée pour des raisons idéologiques, identitaires ou sécuritaires.

    Le nouvel immigrant est appelé en hébreu Olé 'Hadach. Il bénéficie dès son arrivée de droits spécifiques (aide financière, exanoration d'impots, cours d'hébreu gratuits, etc...) pendant une durée déterminée censée lui permettre de s'intégrer. 

    L'obstacle  le plus délicat est souvent celui de la langue qu'il est recommandé de commencer à apprendre AVANT de partir. L'Ivrit - hébreu moderne tel qu'il est parlé aujourd'hui dans le pays - est une langue complexe et difficile d'accès pour un francophone. Afin de faciliter l'apprentissage, il est souhaitable de se limiter dans l'étude des règles de grammaire et de conjugaison au profit du vocabulaire. 

    Consultez nos manuels qui favorisent cette approche.

     

  • Parler l’Ivrit, est-ce vraiment difficile ?

    Capture ivrit

    Apprendre l'Ivrit semble souvent un défi impossible à relever, démarche qui se solde alors par un abandon. Lorsque cela s'incrit dans le cadre d'une ’Aliyah, les enjeux sont encore plus considérables, le nouvel immigrant ne communique ni avec son entourage ni parfois avec ses proches, et peine à s'intégrer.

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "‫שבעה בניינים‬‎"

    Tableau des 7 "Binyanim"


    Lorsque l’on cherche les causes de cette situation, on pense en général à la difficulté de cette langue sémitique si différente du français. Mais on peut aussi invoquer la manière dont on l’enseigne et dont sont rédigés les manuels. L’accent est mis sur l'apprentissage complet des «Binyanim» et autres règles grammaticales complexes et pas très utiles au quotidien, au détriment du vocabulaire et des expressions courantes.

    Si, au contraire, le vocabulaire et les expressions sont favorisés et l’enseignement théorique réduit au strict minimum, il nous semble que cela peut faciliter l’apprentissage, le rendre concret et attrayant.

    C’est ce que nous avons fait dans notre manuel d’hébreu  OULPAN PRATIQUE Niveau 1.