Parler l’Ivrit, est-ce vraiment difficile ?

Capture ivrit

Apprendre l'Ivrit semble souvent un défi impossible à relever, démarche qui se solde alors par un abandon. Lorsque cela s'incrit dans le cadre d'une ’Aliyah, les enjeux sont encore plus considérables, le nouvel immigrant ne communique ni avec son entourage ni parfois avec ses proches, et peine à s'intégrer.

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "‫שבעה בניינים‬‎"

Tableau des 7 "Binyanim"


Lorsque l’on cherche les causes de cette situation, on pense en général à la difficulté de cette langue sémitique si différente du français. Mais on peut aussi invoquer la manière dont on l’enseigne et dont sont rédigés les manuels. L’accent est mis sur l'apprentissage complet des «Binyanim» et autres règles grammaticales complexes et pas très utiles au quotidien, au détriment du vocabulaire et des expressions courantes.

Si, au contraire, le vocabulaire et les expressions sont favorisés et l’enseignement théorique réduit au strict minimum, il nous semble que cela peut faciliter l’apprentissage, le rendre concret et attrayant.

C’est ce que nous avons fait dans notre manuel d’hébreu  OULPAN PRATIQUE Niveau 1.
 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire